Labarde autrement...

Labarde autrement...

Observatoire


LA BIODIVERSITE A LA LABARDAISE

Depuis un an nos élus ont décidé de confier l’entretien du Terrain de Loisirs de la commune à un troupeau de chèvres et de moutons.

Non seulement le travail est mal fait, mais il nous coûte cher, 200 € par mois et sous son aspect biologique, cette idée est une catastrophe écologique.

Etes-vous allés sur place, presque tous les végétaux à la portée de ces animaux sont littéralement dévorés et la plupart sont en train de crever ! On dirait on ne sait quel paysage de steppe de Mongolie !

Maintenant ce sont les arbres, plantés en 2000, lors de la création de cet espace, qui sont attaqués et qui sont également entrain de mourir par dizaine car leur écorce a été rongée par ces gentils petits ovins sur une hauteur de plus d’un mètre de haut.

 

Comment nos élus n’ont-ils pas pensé avant à ce qui allait arriver ! Ils ont investi dans une nouvelle tondeuse autoportée pour plus de 18 000 €, qui ne sert pas à grand chose, si ce n’est à couper les bordures de routes ! Ils dépensent 2 400 € par an pour nourrir un troupeau d’ovidés qui abime tout et bientôt ils vont devoir faire couper et arracher des dizaines de frênes de plus de 15 ans d’âge, quelle gestion irresponsable !

Ces derniers jours il a fallu qu’ils fassent faucher l’ensemble de l’espace car les animaux n’arrivaient pas à manger toute l’herbe assez vite et ce qu’ils faisaient ne servait donc à rien !

Aux dernières nouvelles le contrat avec le berger a été dénoncé, quel gâchis !

C’est à se demander si ce Conseil Municipal, après les deux précédents, n’a pas décidé de supprimer tout ce qui fut réalisé et mis en place dans les années 1990 !

Par contre, pour faire plaisir aux parents d’élèves de notre école, qui est en sursit, le Conseil Municipal a fait réaliser des travaux de voirie pour plus de 100 000 € pour desservir par l’arrière le groupe scolaire, sans logique avec un plan général d’aménagement de ce secteur de la commune.

Ces travaux ont fait suite à ceux réalisés au printemps devant l’école avec la création de « ralentisseurs » et d’un îlot central. Situé à la hauteur de l’arrêt de bus, lorsqu’un car de Trans Gironde y stationne, il bloque la circulation et crée une file de voitures jusqu’au niveau de la voie ferrée, engendrant alors un danger beaucoup plus grave que la simple sortie du Chemin de la Laurina sur la D2.

Mais là aussi, le bus scolaire ne peut pas aller chercher ou déposer les enfants devant l’entrée arrière de l’école, alors cela se passe comme il y a 20 ans nos jeunes écoliers montent et descendent du bus devant l’église et doivent traverser la route comme autrefois. Rien n’a changé, ça fait presque deux décennies que l’on fait du sur place à Labarde !

Tous ces travaux autour de l’école auraient certainement pu être traités bien plus simplement et surtout à un coût bien moindre !

 

Nous avons appris lors des Vœux de la Municipalité en janvier que le Bardi allait paraître dorénavant deux fois par an (cette année nous l’avons reçu en février puis en septembre). On se demande pourquoi ce changement, surtout après la suppression il y a deux ans du Pampre qui paraissait tous les trimestres.

Mais qu’il est pitoyable notre « bulletin municipal », malgré sa nouvelle présentation, heureusement que le Conseil Municipal des Jeunes est là pour le garnir de ses activités. Encore une dépense pas vraiment utile alors que la commune se plaint de ne pas avoir assez d’argent.

Mais il est vrai que pour savoir ce qui se passe à Labarde il faut avoir Internet et aller sur le site de la commune ou bien maintenant se connecter aux réseaux sociaux. Mais tous les Labardais sont-ils des adeptes du surf sur le web ?

 

En attendant profitons de ce bel automne et de ses couleurs. A la prochaine fois !


18/10/2016


REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 29 MARS 2016 A 20H00

Nous étions deux ce soir à assister pour vous à l’importante réunion du Conseil Municipal qui portait sur le vote des taxes foncières locales et sur le budget communal 2016.


Les conseillers étaient tous présents à l’exception de Y. Barès qui avait donné procuration à J. Allard.


Après la lecture du CR de la précédente réunion, M. le maire et Mme Dupuy, adjointe au finances, ont présenté le Compte de Gestion 2015 préparé par le percepteur et le Compte Administratif dont il ressort qu’en fonctionnement la commune a dépensé 456 000 € permettant entre autre de combler une partie du déficit de 2014 et a effectué pour 86 7000 € d’investissement. Ce qui a généré un excédent de fonctionnement de 76 000€ et un léger déficit de 19 300 € en investissement.  Cet excédent sera affecté aux travaux de voirie que les élus ont prévu de réaliser cette année.


Puis les élus ont voté une augmentation de 1% des 3 taxes locales. La Taxe d’Habitation passe à 17,39 %, le Foncier Bâti à 12,97 % et le Foncier Non Bâti à 51,73 %.


Le budget communal 2016 pour lequel est prévu en Fonctionnement 463 900 € et 193 000 € en Investissement a été présenté et voté en moins de 5 minutes, ce qui ne nous a pas permis de savoir précisément à quoi vont servir nos sous cette année !


Ensuite c’est le Compte de Gestion 2015, le Compte Administratif et le budget annexe 2016 du Lotissement de La Croix Neuve qui ont été présentés pendant 20 mm, sans débat et voté à l’unanimité (même ceux qui avaient voté contre l’étude de sol il y a 15 jours ont voté pour cet investissement !). Une simulation de vente de 2 terrains sur 1 280 m2 à 80 €/m2 a été présentée pour élaborer ce budget annuel et permettre entre autre de financer l’étude de 15 000 €.


 Il est ensuite voté l’adhésion de la commune au SIEM afin de profiter des commandes groupées pour l’entretien de l’éclairage public.
M. le maire souhaite alors joindre à cette réunion 2 délibérations qui n’étaient pas prévues à l’ordre du jour. La 1ère concernant un nouvel appel d’offres pour la fourniture et la livraison des repas scolaires dans le cadre du RPI avec Cantenac où la commune sera représentée par le maire et M. Pilonord. Certains posent la question de la mutualisation de ce service au niveau de la CDC. La 2ème porte sur l’autorisation de réaliser dans le cadre de travaux intercommunaux, des travaux de voirie sur la commune. Tout est accepté à l’unanimité.  


En questions diverses il est abordé le problème du financement du bus scolaire avec Cantenac et Margaux qui devrait être débattu prochainement, ainsi que les nouveaux horaires au sein du RPI.


Et finalement il est rappelé l’organisation de la journée écologique du 9 avril dans le Marais (où d’après V. Legallais des arbres sont tombés en travers des pistes).

Fin de la réunion à 20H55.

Le Pampre ne paraissant plus, le correspondant du Journal SO ne faisant plus de résumé de ces séances du Conseil, nous espérons que ce CR vous donnera un aperçu du travail de nos élus, à moins que vous puissiez vous déplacer jusqu’à la porte de la mairie où le compte rendu officiel sera affiché dans quelques jours !


04/04/2016


REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 MARS 2016 A 20H00

Voici deux ans déjà que nous allons assister régulièrement pour vous aux réunions du soir du Conseil Municipal. Nous étions peu nombreux, mais il est vrai que rien ne nous incite à nous intéresser à la vie de sa commune, même si depuis le début de l’année l’affichage municipal sur les panneaux semble être revenu (les observations de notre blog portent leurs fruits !)

Les conseillers étaient au grand complet. Comme d’habitude, M. le maire, après avoir lu le CR de la réunion du 07/12/2015, a succinctement présenté les diverses propositions de délibérations qui n’ont suscité que très peu de questions de la part de nos élus.

Le 1er sujet abordé fut, oh surprise !, la demande d’une étude portant sur l’état du sous-sol du Lotissement de la Croix Neuve.

Pourtant on nous avait affirmé début 2014, qu’une étude avait été diligentée en 2013 avant la viabilisation (à grand frais, plus de 30 000 €) et la mise en vente (positionnement de panneaux aux 4 coins de la commune) de 3 terrains à bâtir.

Comme nous le pensions alors, on nous avait menti. L’expertise pour connaître la nature exacte (pollution, stabilité et résistance) de ces terrains soit disant constructibles n’avait jamais été réalisée et six des élus actuels, dont le maire et deux de ses adjoints, le savaient puisqu’ils faisaient déjà partis du précédent Conseil.

Un devis (un seul, comment ce fait-il que l’on ne fasse pas jouer la concurrence dans cette commune ?) a été demandé à un bureau d’étude (l’APAVE, plus connu comme bureau de contrôle technique) pour 14 000 € HT afin de savoir si l’opération envisagée par nos élus est réalisable. N’aurait-il pas mieux valu commencer par là ?

Lors du vote, 2 conseillers (MM Allard et Bares) ont manifesté leur opposition en votant contre cette dépense qu’ils ont peut-être jugé inutile.

Puis les autres délibérations furent entérinées à l’unanimité. L’une portant sur une réévaluation de l’estimatif des travaux de l’aménagement de la sortie du Chemin de La Laurina sur la Route des Châteaux. Les autres concernant diverses demandes de subventions, à l’Etat, au Département et à la Député pour des travaux de mise aux normes d’accessibilité de nos bâtiments publics (dont une rampe pour l’église et les sanitaires du foyer: nos remarques ont du bon !), ces travaux devant être réalisés dans les 3 prochaines années ! De même que la réfection de l’électricité à l’école, au foyer, à la cantine et à l’atelier afin d’être en conformité avec la législation en vigueur.

Pour ce qui est du CAB (l’aménagement du centre bourg) il va se poursuivre par tranche suivant l’étude demandée par la précédence municipalité. Mais quand a-t-il commencé ?

Il aurait été intéressant de connaître le projet global retenu à l’époque, sa programmation, ainsi que l’ordre des priorités que le présent CM souhaite réaliser !

Nos élus semblent découvrir qu’il ne suffit pas d’avoir des idées pour entreprendre. Il faut commencer par organiser les projets les uns par rapport aux autres, les faire chiffrer (demander des devis, faire des appels d’offres) et puis ensuite voir comment on va les financer !

En questions diverses, nous avons appris qu’une journée écologique allait être organisée début avril par le CME (le Conseil Municipal des Enfants).

A 20H40 la séance fut levée.

 


21/03/2016


REUNION COMMUNALE DU PLAN DE SAUVEGARDE DES INONDATIONS du 5 février 2016

Nous étions peu nombreux dans la salle des fêtes, vendredi soir, pour écouter les récentes évolutions concernant le PAPI (Programmes d’Action de Prévention des Inondations).

 

 

Après l’exposition par M. le Maire et le Conseil Municipal (lui-même loin d’être au complet) des réunions organisées en Préfecture avec Mme Colmont-Dignaud, maire de Macau et présidente du SI des Bassins Versants, il semble que la mise en œuvre de la digue tant attendue depuis plus de 15 ans, pourrait être autorisée si réalisée avec un financement en grande partie privée (certains châteaux viticoles de l’Appellation) ainsi que par le Syndicat, la CDC Médoc Estuaire et avec une participation de la réserve parlementaire de la Députée.

 

 

Si ce montage financier est rapidement mis sur pied, le Préfet pourrait sauf imprévu, donner son aval à la réfection de la digue existante et la construction des 800m manquant avec une réalisation à la côte neutre de 4,35m. Ces travaux seraient chiffrés entre 150 000 et 200 000 €, alors que le PAPI pour l’ensemble de l’Estuaire aurait été estimé à 57 millions d’euro !

 

 

Le projet de bâtir des murs autour des zones d’habitations, comme proposé dans le PAPI, étant alors logiquement abandonné.

Attendons la prochaine réunion pour voir comment va évoluer ce dossier qui traîne depuis l’an 2000, tout en souhaitant que les éléments ne se déchainent pas trop d’ici là !


12/02/2016


LE CHEMIN DE BLANQUEFORT

Pourquoi le tronçon du Chemin de Blanquefort, depuis son intersection avec la Route de Céronnes en allant vers Macau a-t-il en partie été supprimé (voir photo) ? Des bordures de trottoir en condamnent maintenant l’accès direct !

 

Il est vrai que la commune semble l’avoir complètement abandonné depuis une quinzaine d’années, au détriment d’un accès privé réalisé par un des riverains.

 

Là aussi, comment se fait-il que la commune n’ait pas entretenu cette voie avec la contribution du principal utilisateur, comme cela l’avait été prévu par une convention il y a plus de 20 ans ?

 

Des travaux sur le domaine public sont actuellement en cours (commencés le 3 février). Ils semblent être mis en œuvre par la CDC, mais aucun affichage d’un arrêté municipal ou communautaire n’est visible sur le chantier.

 

La Route de Céronnes est interdite sur toute sa longueur de Macau jusqu’à Arsac aux véhicules de plus de 10 T et le Chemin de Blanquefort lui est interdit à la circulation des camions, sauf déserte locale, comme l’indique la signalisation routière aux 2 extrémités de la voie.

 

Cherchez l’erreur !

 

chemblanquefort.jpg


12/02/2016