Labarde autrement...

Labarde autrement...

SUPPRIMÉ LE PLATEAU MULTISPORTS PLACE AU CITY STADE

Après la disparition du terrain qui devait être une base de loisirs, maintenant mis à la disposition de moutons (mais qu’il faut de temps à autre faucher car ces pauvres ovins ne vont pas assez vite), voici supprimé le plateau multisports.

Adieu tennis, volley, badminton et autre handball.

Celui-ci a été remplacé par un tout petit terrain de jeux « City Stade » pour les enfants.

Plus rien pour les adultes.

Il est vrai que depuis plus de quinze ans cet équipement qui permettait la pratique de divers sports, construit en 1992, n’était plus entretenu depuis bien longtemps et la municipalité ne faisait rien pour inciter et intéresser les Labardais et Labardaises à l’utiliser. Le bâtiment qui devait servir de vestiaires - club house, ayant été transformé en bibliothèque en 2006 !

Quel gâchis !


19/08/2018


APRES MASSACRE A LA TRONCONNEUSE… VOICI MASSACRE A L’EPAREUSE

La commune s’étant récemment dotée d’une nouvelle épareuse le personnel communal s’en sert pour « tailler » les haies au bord des chemins communaux.

 

Un massacre de la nature comme on ne voudrait jamais en avoir vu. Un travail indigne que vous pourrez constater sur la photo ci-jointe.

 

ep.jpg

 

De plus ce nouveau matériel est mis à rude épreuve, fauchant les bouches d’égout comme le montre cette autre photo !

 

rip.jpg


19/08/2018


LE LOTISSEMENT DE LA CROIX NEUVE (MàJ 19/08/2018)

Quelle honte !

Voici des photos de l’ancienne décharge communale que la municipalité précédente avait fait lotir en terrains à bâtir et mise à la vente. Parmi les protagonistes de ce projet d’actuels conseillers en faisaient partie (le maire, deux de ses adjoints et deux conseillers municipaux).

 

Souvenez-vous des panneaux qui en faisaient la publicité au bord des routes en 2014, pour la construction de trois maisons d’habitation. Terrains qui avaient été viabilisés en pure perte.

 

Un scandale que l’équipe de « Labarde Autrement » avait dénoncé au moment des élections municipales.

Mais une majorité de Labardais ne nous ont pas cru alors et ont préféré faire confiance aux sortants.

 

 

dech1.jpg

 

 

Ces terrains ont été vendus cette année (plus de 175 000 €) au Château Giscours qui a déposé un permis de construire pour y réaliser une extension de ses entrepôts.

 

Si vous avez l’occasion de passer par là-bas, allez voir !

 

Des montagnes de détritus en tous genres (sacs poubelles, carcasses diverses, pneus, etc.) qui ont été enterrés pendant des dizaines d’années sur une profondeur de plusieurs mètres.

 

L’entreprise qui effectue ces travaux de terrassement s’attendait-elle à trouver pareille horreur ?

 

 

dech2.jpg

 

 

Est-ce normal de faire travailler des gens dans ces conditions, sans parler de l’odeur surtout en ce moment de grosses chaleurs ?

 

Ce site n’est-il pas pollué ? Les terres conservées ne sont-elles pas contaminées (La mairie devait faire faire une étude par un bureau de contrôle dont le résultat, si celle-ci a été faite, elle n’a jamais été rendue publique !)

 

Cet environnement ne va-t-il pas avoir des conséquences à différents niveaux sur les nouveaux bâtiments et leur destination (stockage de vins) ?

 

 dech3.jpg

 

 

 

 

 


19/08/2018


Une plaque à la mémoire de Jacques FAYE

Plaque Jacques Faye.jpg


13/01/2018


André Francès n’est plus...

La municipalité n’ayant pas estimé nécessaire de retracer la mémoire d’un de ses anciens qui nous a quitté le mois dernier, nous vous proposons de le faire rapidement, d’autant qu’il prit part à l’activité et à la vie de notre commune pendant de nombreuses décennies.

 

André Francès n’est plus.


André François Francès était né à Labarde en mai 1920. Doyen de la commune il nous a quitté le 11 novembre dernier à son domicile labardais, dans sa 97ème année.


Ouvrier boulanger, il avait fait son apprentissage à Lége, avant d’aller exercer son métier avec son père à la boulangerie de Parempuyre jusqu’en 1962, tout en travaillant à la vigne au Domaine de La Maqueline à Macau, puis à partir de 1952 au Château Giscours à Labarde. Il lui arrivait également d’aller faire des remplacements dans les boulangeries des alentours.


En mai 1943, refusant de partir comme STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne, il se cache dans les Pyrénées sous le faux nom d’André Louis Dupuy, rejoignant les Réfractaires et Maquisards et travaillant dans une boulangerie au Col d’Alpé.
Il épousa Suzanne Nau (décédée en janvier 2013) en 1942 et ils eurent 3 enfants, une fille et 2 garçons, qui leur donnèrent 4 petits-enfants, 12 arrière-petits-enfants et 2 arrière arrière-petits-enfants !


Membre du Conseil Municipal de Labarde de 1965 à 1971 et de 1975 à 1977, il fut Président du Syndicat des Marais de Labarde, qu’il connaissait comme sa poche,  pendant plus de dix ans, ainsi que Président du Syndicat de Chasse et du Comité des Fêtes qu’il anima pendant presque vingt ans.


Il possédait une petite vigne du côté de Bel Air qu’il cédera en fermage au Château Prieuré Lichine, lorsqu’il prit sa retraite.
Il fut aussi le représentant des assurances SAMDA pendant une quinzaine d’années, ayant son bureau à côté de chez lui. Il fut décoré du Mérite Agricole.


Et puis il fut le Secrétaire Département des Réfractaires et Maquisards de la Gironde, association qu’il dirigea pendant plus de 40 ans.

Son fils ainé Jean-Pierre fut également membre du conseil municipal (1983-89) et adjoint au maire (1989-95). Sa petite fille Marielle Allard et son arrière petit-fils Jordan Allard font partie de l’actuelle municipalité de Labarde.
Il était la dernière mémoire vivante de cette commune… intarissable !

 

af.jpgUne des dernières photos d’André Francès



 


31/12/2016